La pensée positive


Le principe de la pensée positive est à la portée de tous : si le magnétisme est un don, la pensée positive s'apprend.

En Juillet 1996, on m'a diagnostiqué un Sarcum Carcinum (forme invasive grave de cancer). 

Vous avez certainement constaté qu'il est plus facile d'être négatif et de rendre la conjoncture ou des personnes responsable de nos échecs alors qu'on attire ce que l'on dégage et on provoque ce que l'on redoute.

J'ai la soixantaine et j'ai galéré durant de très longues années jusqu'à me provoquer un cancer d'origine psychosomatique inguérissable (surtout il y a 20 ans).

J'ai été traitée et opérée à Curie (chimiothérapie 1 semaine par mois durant 2 ans). L'urologue m'a alors annoncé que le traitement avait été inefficace et qu'il ne me restait que quelques semaines à vivre (environs 3 semaines).

Je l'entends encore me dire : "Rentrez chez vous, faites votre valise et venez mourir chez vous. On ne vous laissera pas souffrir."

Je le soupçonne d'avoir été intéressé par la perspective de disposer d'un cobaye pour les internes en médecine. Ma réponse a été non, pas question pour moi d'agoniser dans un lit d'hôpital.

De retour à mon domicile, j'ai passé plusieurs jours à ruminer mon chagrin et mon désespoir attendant la fin jusqu'à ce que mon fils me dise : " Maman, si tu pars, qu'est ce que je deviens ? Je serais tout seul."

Cela a été un électrochoc et j'ai décidé de réagir et de vivre mais sans savoir comment faire...

Je travaille beaucoup sur mon mental. Mon subconscient me guide dans le choix des initiatives et des conseils par des flashs, des messages, des images : je possède des dons de voyance. Sur ses conseils je me suis mise à répéter des phrases appropriés à ma situation pendant des semaines et des mois...

Après 3 mois de travail sur mon mental, mes marqueurs ont commencé à baisser régulièrement : dés lors j'étais certaine que j'allais guérir et je suis guérie : 20 ans de rémission, quelle belle victoire sur la vie.

 

Je dispose encore aujourd'hui des nombreux résultats d'examens et des prises de sang qui attestent de la véracité de mon récit.

Encore aujourd'hui je suis toujours étonnée du pouvoir de la pensée positive.

Ainsi, durant le week-end de l'ascension j'ai surmonté ma peur du vertige en faisant un grand périple sur une grosse BMW pilotée par mon frère sur les routes sinueuses bordées de ravins de l'arrière pays Niçois (300 Km, 8 heures de route) et des gorges du Verdon.

La première demi-heure j'étais crispée et puis j'ai pris de l'assurance. Nous avons piqué des pointes à 160 Km/h et je me sentais tellement détendue et heureuse en arrivant que c'était indescriptible (l'adrénaline je suppose !). 

Tout cela pour vous dire qu'il faut profiter de tous les petits moments de bonheur chaque fois que l'occasion se présente et se fixer des objectifs.